AGATHE SIMON
Le Projet Polaire

2013-16
Installations multimédia, performances, micro-narrations en ligne
Dimensions variables

© Agathe Simon

Depuis 2014, Le Projet Polaire a été présenté à l’Institut Français d’Alger (Algérie), au Festival d’art contemporain Nocturne Halifax (Canada), à l’Université des Sciences et de la Technologie d’Oran (Algérie), au Musée d’Art et d’Histoire de Tlemcen (Algérie), à l’Institut Français de Constantine (Algérie), à la Mairie du 10e arrondissement de Paris (France), à la Cité Internationale des Arts de Paris (France), à Audiorama & MDT (Suède), à la Médiathèque Musicale de Paris (France), à la galerie CDG de Rabat (Maroc), à la Bibliothèque du Trocadéro (France), à la Cité Internationale Universitaire de Paris (France), à l’Université de Cergy Pontoise (France), à l’Université d’Aix-Marseille (France) et à la galerie Spazioersetti (Italie).

Le Projet Polaire : une double exposition

Le Projet Polaire d’Agathe Simon comporte deux expositions :

  • l’exposition Antarctica (2014-15), créée suite à une résidence en Antarctique sur invitation du gouvernement argentin,
  • l’exposition Arctica (2016), créée suite à une résidence en Arctique à bord du voilier polaire Atka.

Le Projet Polaire a été réalisé en collaboration avec le Ministère de la Culture argentin, l’Association Atka, la Cité Internationale des Arts, les Instituts Français d’Argentine et de Suède, le Swedish Arts Grants Committee, le Visby International Centre for Composers et le Musée de l’Arctique et l’Antarctique de Saint-Pétersbourg.

Un hommage à une romancière imaginaire

Le Projet Polaire est un hommage à la célèbre romancière franco-argentine Gabriela Conti (1974-2010) – qui n’existe pas. Figure majeure de la littérature du début du XXIe siècle, première femme de nationalité argentine à avoir atteint le pôle Sud, Gabriela Conti a été inventée par Agathe Simon, qui s’est assurée de la vraisemblance socio-historique de son personnage auprès de plusieurs experts : journalistes, scientifiques, écrivains, architectes, antiquaires, etc.

En constituant l’hagiographie d’une personne fictive, le Projet Polaire a pour propos de questionner l’amoindrissement des dimensions imaginaires et critiques de notre ère contemporaine. Pour ce faire, elle détourne les codes de la muséographie, du documentaire et de la narration, en proposant dans l’espace muséal une fiction qui a toutes les apparences de la réalité.

Ce projet inclut également le roman posthume de Gabriela Conti (préfacé par le Professeur Hervé Le Corre, spécialiste de littérature latino-américaine à l’Université Sorbonne-Nouvelle), une pièce radiophonique sur France Culture, des conférences-performances, ainsi que des micro-narrations en ligne, avec propagation de la fiction sur des sites reconnus (France Culture, Facebook) et via le blog de Cecilia Conti, la sœur de la romancière.

Le Projet Polaire a été réalisé en collaboration avec le Ministère de la Culture argentin, l’Association Atka, la Cité Internationale des Arts, les Instituts Français d’Argentine et de Suède, le Swedish Arts Grants Committee, le Visby International Centre for Composers et le Musée de l’Arctique et l’Antarctique de Saint-Pétersbourg.